Musique du Cap Vert avec les rythmes portugais de Bonga

  • Post author:
  • Reading time:3 mins read

Et si nous partions pour un voyage sensoriel grâce à la musique du Cap Vert ? La musique a ce pouvoir de nous envoûter et faire surgir en nous le souffle des peuples qui la clame. Alors partons ensemble grâce à un de ces chanteurs hors pair…

Le portugais m’a toujours semblé hors de portée, presque irréel avec son rythme particulier qui donne une impression de tonalité chantée à chaque phrasé. Pas étonnant : je connaissais surtout cette langue au travers des chants enjoués du carnaval de Rio de Janeiro et des voix suaves de Bonga et Cesaria Evora. Je dois l’admettre, c’était tout ce que j’en connaissais. Je ne cherchais pas particulièrement à combler mes lacunes en la matière. Mais depuis, plusieurs semaines maintenant, je fais une véritable plongée dans la culture des pays lusophone.

Découverte du Cap Vert et du Brésil par procuration

À l’heure où j’écris ces lignes, de très bonnes amies à moi, après une belle escapade au Cap Vert sont maintenant en plein voyage au Cap Vert. À croire qu’elles ont pour objectif de découvrir tous les recoins du monde lusophone en 2015. Et si je n’ai pas pris part à l’aventure, j’ai bel et bien moi aussi été embarquée.

Dès les préparatifs, j’ai pu ressentir avec elles l’excitation des préparatifs et les frémissements du départ. Avec la magie des réseaux sociaux, j’ai maintenant le plaisir de les suivre dans leurs péripéties. J’explore moi aussi le Cap Vert et le Brésil sans alourdir mon emprunte carbone. Et surtout, sans alléger mon porte monnaie. Ah, les joies du voyage par procuration à l’heure du monde 2.0 !

Le concert de Bonga, un voyage des sens grâce à la musique cap-verdienne en région parisienne

Je vous l’accorde, voyager devant une émission de Frédéric Lopez, par la lecture d’un récit de voyageur ou la navigation sur le compte Instagram d’un baroudeur, ça n’est qu’un pas vers la découverte. Un pas auquel il faut ajouter le vécu, les rencontres, les sens pour que le voyage soit complet.

La région parisienne offre plein d’occasions de franchir tous ces pas grâce – par exemple – à la venue d’artistes internationaux. Comédiens,musiciens ou danseurs qui par leur talent peuvent nous faire sentir un petit peu de chez eux.

J’ai profité de la venue de Bonga le 23 Janvier, à la Ferme du Buisson pour m’offrir mon escale en Angola et vibrer sur des cadences portugaises. J’ai été bluffée par la carrure de ce grand artiste. Cet homme de plus de 70 ans,  accompagné d’un modeste instrument en bambou (dikanza) émet une énergie envoûtante. Oui envoûtante car j’ai été ensorcelée. Je suis passée par un kaléidoscope d’émotions. Il a su être tout à la fois : déchirant avec avec le titre contestataire Mona ki ngi xica, euphorisant avec le titre Kambua… Bonga sait captiver son public et lui transmettre toute la richesse de sa culture. Pas de doute, le temps d’un soirée j’étais entre Angola et le Cap Vert!

Cet article a 2 commentaires

  1. malyloup

    Belle découverte que cet artiste! Merci sandra et belle année 2017 à toi!

    1. sandra

      Merci beaucoup ! Un super artiste, j’espère qu’il repassera

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.