Voyageons oui, mais voyageons responsables !

Staycation, ce nouveau concept qui désigne le fait de passer ses vacances chez soi est une nouvelle tendance en vogue. A mon sens, bien plus qu’une  nouvelle mode que j’ai expérimenté cet été, le « staycation-isme » est révélateur du fait que le voyage peut poser un véritable dilemme à ceux qui souhaitent le pratiquer de façon éthique.Oui, pour beaucoup il faut voyager responsable car le voyage engendre des effets positifs … mais aussi négatifs.

Par exemple, les déplacements produisent des gaz à effet de serre, les cadeaux aux enfants déshérités à tout va dans les pays pauvres induisent de la déscolarisation. Par ailleurs, on observe un peu partout une folklorisation des cultures locales. Ces quelques exemples auxquels s’ajoutent le frein financier sont tout autant d’éléments qui font pencher la balance à l’encontre du Voyage.

Pourtant, nous sommes irrévocablement poussés à la découverte, au départ et nous nous enrichissons fortement grâce à nos pérégrinations qui nous permettent de nous ressourcer et de nous ouvrir à d’autres cultures. En cela, voyager est une pratique que nous devrions tous pouvoir exercer. Alors crise ou pas crise, dépassons les freins budgétaires ou écologiques et voyageons autrement !

Oui, avec plaisir ! Mais, me direz vous, comment 6 milliards d’individus peuvent ils se mettre en mouvement sans impacter négativement sur notre planète?

Pour dépasser ce « dilemme« ,  il suffit que nous prenions pleinement conscience des divers impacts engendrés par notre voyage. Cela nous permettra alors de voyager responsable en nous inscrivant dans une logique de tourisme durable. Pour ce faire, je vous propose la lecture de la charte éthique du voyageur éditée par ATR.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.