Mode d’emploi pour être Happy pour un weekend à Angers

We are Happy in Angers ! C’est le refrain repris en chœur les habitants de la préfecture du Maine et Loire dans leur remake du clip de Pharrell Williams. Et je dois bien dire que je me laisserais bien entraîner par le côté exaltant de la chanson et leur bonne humeur contagieuse pour les rejoindre de suite le temps d’un week-end à Angers !

Je suis 100% en phase avec cette vidéo particulièrement entrainante. Il faut dire que je connaît bien la région angevine. J’y suis allé à plusieurs reprises et en ai gardé une multitude de souvenirs que j’ai plaisir à me remémorer. Je vais en partager quelques-uns avec vous pour que vous aussi à l’occasion d’une escapade vous puissiez être Happy in Angers.

Angers, une ville ancrée dans l’histoire qui avance

Nichée au bord de la Maine, la deuxième ville des Pays de la Loire détient le label de ville d’art et d’histoire. Ce titre est largement mérité au vu de l’histoire de la ville, sa richesse culturelle, la profusion de monuments prestigieux et de l’architecture médiévale de son centre-ville.

Pour autant, Angers est tout sauf une ville-musée qui serait sclérosée par son passé. Les bâtiments ont des siècles, mais ils n’imposent pas leur rythme aux habitants. Contrairement à Paris, le prix au m2 reste accessible aux classes moyennes. Du coup, la métropole est profondément vivante et diverse en termes de classe d’âge et de groupe social. Moi qui suis habituée à l’appropriation des centres-ville par les ménages ultra aisés en région parisienne, j’apprécie de trouver de telles agglomérations où le cloisonnement n’est pas de mise. En définitive, la société semble moins figée à Angers. Cela se manifeste aussi bien par la mixité de ses habitants que par la variété des façades de ses édifices : on passe du médiéval au contemporain en un clin d’œil.

En plus d’être une ville qui n’est pas paralysée par le poids de son histoire, Angers est une ville où on respire. Une densité de population modérée, des avenues aérées et des hectares de verdure – Parc Saint-Nicolas, Parc Balzac… – en font un lieu très agréable. Pendant les 6 mois où j’y ai vécu, j’ai trouvé que mes nombreuses promenades dans ses faubourgs avaient des vertus apaisantes. Alors qu’une balade à Paris laisse plutôt le sentiment, inverse hyper stimulation des sens, pollution et fatigue.

Bioparc, le lieu où les différentes espèces vivantes cohabitent harmonieusement

Je suis fascinée par le monde animal depuis l’enfance. Cette fascination mêlée à un profond respect que j’ai pour nos amis les bêtes m’a même poussé à considérer de me convertir au végétarisme. Mais comme j’ai du mal avec l’idée de privation alimentaire, mon projet d’écarter la viande de mes repas est en stand by.

Cette digression pour vous dire que je me soucie du bien être animal et que je n’ai eu aucun doute sur la sérénité de tous les êtres vivants du Bioparc. De tous les parcs animaliers que j’ai eu l’occasion de visiter, c’est le seul qui donne à voir aussi clairement le principe de biodiversité. Les créatures végétales, animalières et humaines y coexistent si bien qu’on en oublie les enclos.

L’exemple le plus stupéfiant est la volière de 1 hectare. Quand j’y ai instantanément résolu mon traumatisme existentiel de fillette : la cage aux oiseaux a enfin été ouverte !

Caves de Marson, pour un repas dans une demeure troglodyte

Que ce soit dit, ma définition du paradis terrestre se trouve à 1h d’Angers. Il s’agit des Caves de Marson, un restaurant de caractère dans un écrin de verdure servant des fouées succulentes à volonté.

En plus de ravir nos papilles, ce restaurant provoque un effet waouh à chaque fois.  Manger dans une ancienne demeure troglodyte est tout simplement déboussolant. On ne peut s’empêcher de laisser notre esprit vagabonder pour tenter de percer les mystères de ce vieil art de vivre.

Béhuard, une île sur la Loire

Une île en Anjou ?!? Inattendu, mais vrai, Béhuard est la seule île de la région. Elle connaît régulièrement des crues spectaculaires. Cette menace permanente rend ce village insulaire encore plus précieux et charmant à mes yeux.

Bien qu’il y aurait encore beaucoup à dire, j’achève ici l’aperçu de mes lieux phares de l’Anjou. Je vous en dirais peut-être plus dans un prochain article de quoi vous donner des idées pour vos futurs weekend à Angers. En attendant, à vous de laisser en commentaires vos avis sur Angers.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.