Des sourires pour une police plus juste

  • Post author:
  • Reading time:6 mins read

Quel beau métier que celui de policier ! Au détriment de leur sécurité, ce chevalier des temps modernes se place en rempart face au crime. Pour un salaire au raz des pâquerettes, ce sont eux qui vont au-devant du danger pour assurer l’ordre et la sérénité des citoyens. La police est une institution qui a une belle mission qu’assurent avec brio des milliers de héros du quotidien. J’aime la Police, mais je la crains aussi, car malheureusement, bien trop souvent, elle faillit à sa tâche. Elle se laisse attirer par les lumières de la cruauté, les facilités du profilage racial.

Et que dire de la justice. Quelle belle institution que la justice ! C’est une belle mission que de vouloir juger des crimes de nos sociétés de façon impartiale afin de rendre justice. J’aime la Justice, mais malheureusement, bien trop souvent elle ferme les yeux sur les crimes des puissants et des représentants de l’Ordre.

Se souvenir de leurs sourires et demander justice en leur nom

Suite au meurtre abominable de George Floyd, de nouveau, la brutalité policière revient à la une. La longue agonie de cet homme noir de 46 ans a été filmée puis diffusée sur les réseaux sociaux. Il est l’une des trop nombreuses victimes noires américaines tuées par des forces de l’ordre pendant cette période de lutte contre le COVID-19. Ahmaud Arbery qui faisait un simple jogging, Breona Taylor qui dormait tranquillement à son domicile… Tous furent abattus par la police. Un point commun? Leur négritude qui a fait d’eux des cibles. Avant eux, la militante de #BlackLivesMatter Sandra Bland pour un simple oubli de clignotant ou encore le jeune Tamir Rice, enfant de 12 ans jouant au parc avec un pistolet en plastique. Plus de 1200 personnes sont tuées chaque année par la police aux USA. Les hommes noirs ont un risque de 1 pour 1000 de connaître un tel destin funeste. Soit 2,5 fois plus que les autres. Ces drames horribles sont suffocants et indignes de nos sociétés modernes. Rappelons-nous de leurs vies, rappelons-nous qu’elles comptaient et exigeons justice en leurs noms.

Tristement, de l’Amérique à notre patrie, en ce qui concerne la cruauté policière, il n’y a qu’un pas. En France aussi on peut succomber sous l’emprise de la police supposée protéger les citoyens. TOUS les citoyens. Arrêter les criminels pour les soumettre à la justice. Les INTERPELLER, pas les tuer ou les mutiler. Les interpeller pas parce que la couleur de leur peau tel un stigmate les désigne comme suspects. Les interpeller parce qu’il est juste de le faire. Car la Police doit être juste et non cruelle.

Pour une police française à la hauteur de nos aspirations et de sa mission, rappelons-nous des sourires, rêves, passions, de tout ce qui faisait la beauté de la vie de ses victimes. Et demandons à ce que justice leur soit rendue.

Adama Traoré avait 24 ans en 2016 lorsqu’il a été arrêté à Beaumont-sur-Oise. Il est mort suite à un plaquage ventral. 3 gendarmes sur lui ! Rappelons-nous de son sourire, rappelons-nous que sa vie comptait et exigeons justice pour lui.

Une personne tient un portrait lors d’une marche, le 21 juillet 2018 à Paris, à la mémoire d’Adama Traoré afp.com/FRANCOIS GUILLOT

Gaye Camara venait de Champs sur Marne. Il a trouvé la mort en 2018 à Épinay-sur-Seine d’une balle dans la tête. Abattu au bord de son véhicule, il n’avait que 26 ans. Rappelons-nous de son sourire, rappelons-nous que sa vie comptait et exigeons justice pour lui.

crédit photo : DR / www.negronews.fr

Lamine Dieng en 2007 a lui succombé à un plaquage ventral après sont interpellation à Paris dans le quartier de Belleville. Rappelons-nous de son sourire, rappelons-nous que sa vie comptait et exigeons justice pour lui.

J’ai choisi trois noms parmi les nombreuses victimes que je pourrais évoquer ici. Amnesty International a réalisé un rapport en 2011 sur ces crimes répétés. La Cour européenne des droits de l’homme a déjà condamné la France pour des violences policières qui se manifestent également par des mutilations. Comment oublier les multiples mutilés lors des manifestations des gilets jaunes, de Théo ou encore de ce jeune qui a perdu sa jambe au début du confinement à Villetaneuse ?

Alors oui, la France n’est pas l’Amérique. Nous n’avons pas cette culture des armes à feu. Notre police tue moins. Mais devons-nous nous satisfaire d’un « moins »? Est-ce une raison pour nier le problème?

Agir aujourd’hui pour de meilleurs lendemains

Pour une police moins cruelle, exigeons des modifications dans l’institution policière. À commencer par l’amélioration dans la formation des agents de l’état dédié à l’Ordre. Des recrutements portant une attention particulière aux biais racistes des postulants. Des sanctions pour chaque bavure pour mettre fin à cette impunité intolérable. Et enfin, demandons l’interdiction les méthodes d’interpellations cruelles et trop souvent létales telles que le plaquage ventral. Ce sont les hommes que nous élisons qui sont à la manœuvre. Ils nous doivent des comptes ! Exigeons de réels changements avec les urnes, avec des lettres à nos députés, avec des pétitions. Submergeons-les de notre colère contre leur inaction jusqu’à ce que cela change.

Pour une police moins discriminante, luttons contre le racisme partout où il se trouve. Jusqu’à ce que nous n’ayons plus besoin d’un hashtag pour rappeler que la vie des hommes, femmes et enfants noirs compte. Pour que leur risque de se faire mutiler ou tuer injustement par un agent de l’ordre ne soit plus si outrageusement élevé comparativement aux autres catégories de la population.

Pour une police plus proche des citoyens, vous les chevaliers des temps modernes, nous vous voulons à nos côtés. Policiers, vous êtes au premier rang. Nous vous aimons et vous voulons à nos côtés dans cette lutte contre les dérives de quelques uns. Condamnez ces violences ! Montrez que vous n’êtes pas indifférents aux souffrances humaines. celles de TOUS les hommes.

Nous sommes tous acteurs de cette société qui est aujourd’hui trop souvent injuste, brutale et raciste. Il nous revient à tous d’œuvrer pour bâtir la société inclusive dont on rêve, où chacun peut embrasser son originalité, est considéré et a droit au chapitre.

Cet article a 4 commentaires

  1. Sandra

    J’ai des frissons, et les larmes me sont montées.
    C’est très dur de voir tout ça, c’est intenable.
    Mais merci. Parce que il y’a des bonnes et des mauvaises personnes partout. C’est juste une question de personne et non propre à une couleur ou à un métier. Certains oublient cela et nourrissent une haine envers les policiers comme certains nourrissent une haine envers les gens d’une couleur ou d’une autre, et que sais-je… Ça n’en finit pas cette cascade de la violence.
    Merci d’avoir partagé ton ressenti.

    1. Sandra

      Ce serait tellement beau effectivement si on arrête de se mettre les uns les autres dans des cases

  2. erikagrdn

    Un chouette article tout en finesse qui mériterait d’être très largement partagé ! Je suis ravie d’avoir lu tes mots aujourd’hui, merci. Bises, Erika

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.