Pourquoi vivre en banlieue parisienne ?

15 réponses

  1. Cristina dit :

    Complètement d’accord avec toi ! Nous avons quitté Paris en juin dernier pour acheter un appartement de 113m 2 avec une super terrasse, à Nogent sur Marne, vue directe sur la Marne ! On a deux RER ( le E et le A ) et nous sommes entourés de verdure ! On ne regrette absolument pas. Nous t avons tellement gagné en confort de vie !

  2. Article bien rédigé et bien structuré. Cette banlieue qu’on nous présente comme absolument invivable et non fréquentable est une créature médiatique voire parfois politique…

  3. Bonjour Sandra, je suis la blogeuse dont tu parles à la fin de ton article. « J’avais trouvé hallucinante par son manque de connaissance de la vie en dehors de Paris » : j’ai vécu 27 en banlieue dans 4 villes différentes donc je pense avec une bonne connaissance de la vie en banlieu. Je vais me permettre de commenter tes arguments :
    – Il y a effectivement des boulangeries en banlieue mais elles sont rares et loin des pavillons. Sur les 4 villes où j’ai vécu, dans 3 d’entre elles la boulangerie la plus près était à plus de 10 min à pieds.
    – Rentrer chez soi tard à Paris : On peut rentrer facilement chez soi en taxi à Paris. Oui les derniers RER sont à 1h du mat mais il faut compter le trajet métro pour ‘attraper’ son RER à la gare. Mais je suis entièrement d’accord quand tu dis que cela ne vaut pas le coup (d’habiter à Paris rien que pour cela). Je me débrouille en voiture quand je viens à Paris le soir.
    – Mettre 20 min pour aller au boulot : depuis que je suis revenue en banlieue, les trajets pour aller au taf sont devenus une horreur. Je regrette beaucoup Paris pour cela car mes trajets (je change de boulot souvent mais 80% des missions sont sur Paris ou dans la banlieue Ouest) ont été multipliés par 2 ou par 3.
    – Aller dans un parc : je vais en effet mettre mon article à jour car dans la ville où je suis actuellement, il y a pas mal de parcs mais il y a aussi plus de cassos (dsl pour mon franc-parler), j’en parle à la fin de mon article
    – Se promener tranquillement à Paris sans le risque de faire voler : la plupart des villes où j’ai vécu étaient dans le 93 et je peux t’assurer qu’à moins que tu habites dans les quartiers chauds de Paris, habiter en banlieue dans certaines villes c’est multiplier son chance de se faire voler par 2 (mais je vais mettre mon article à jour en précisant cela). Pareil, j’en parle à la fin de mon article : plusieurs cambriolages ont eu lieu dans ma propre rue
    – La culture et les sorties : il ne faut pas se le cacher, il y a effectivement des salles de spectacle en banlieue mais les musées-théâtres-spectacles enfants se trouvent sur Paris !
    – Faire du sport tout près de chez soi : en banlieue, faut généralement prendre la voiture pour aller faire du sport. À Paris, les trajets en voiture sont tout de même limités.
    Évidemment je suis heureuse en banlieue sinon je serais revenue sur Paris mais Paris me manque pour tous les points évoqués dans mon article… Lundi je commence un boulot, je vais mettre environ 1h pour m’y rendre alors que dans ancien logement j’aurais mis 10-15 min. Mais c’est la vie !

    • sandra dit :

      Bonjour, merci pour ta réponse ici. Je voulais surtout destigmatiser ton message sur la banlieue. En premier lieu cette idée d’insécurité associée à la pauvreté supposée des banlieues. Je ne sais pas ce que tu appelles un « cas sociaux ». Je n’ai en tout cas pas peur des gens qui connaissent des difficultés sociales. Et les sans abri, pickpocket (…) j’en croise surtout à Paris. Mais ce débat là, il est sans fin.

      Dans les quartiers de banlieue que je connais, il y a des gymnases, des gares, des bus, des boulangeries, des parc… Il y a aussi des quartiers plus reculés où une voiture est nécessaire mais qui permettent de faire l’acquisition de belles maisons. Je crois comprendre que tu es dans ce cas là.
      Je ne dénie pas tes difficultés mais j’ai été heurtée par ton ton generalisateur et stigmatisant. Ce que tu dis s’applique à certains quartiers mais pas à tout l’extramuros. Tout comme pour le temps de transport, la situation sera différente pour chaque personne en fonction de son lieu de travail et du quartier plus ou moins populaire où il habite…. De ton cas individuel, tu fais une généralité.

      Pour mettre tout le monde d’accord, on va dire qu’il y a plusieurs quartiers à Paris et que la région parisienne extra-muros est grande. Donc difficile de schématiser sans faire du cliché.

      • Les ‘cassos’ pour moi c’est des gens qui cherchent la merde pour rien, qui squattent les jeux pour enfants et qui fument des joints dedans, qui s’affichent en public… Oui en effet aujourd’hui je suis dans une ‘belle maison’ mais cela n’a pas toujours été le cas et j’ai bossé dur pour en arriver là. Bien entendu, mon article est mon expérience perso et je pense que les lecteurs le comprennent puisqu’au vu des commentaires de nombreuses personnes se retrouvent dans mon billet. Mon article était aussi à prendre au second degré, mon intention n’était pas de faire peur aux parisiens…

  4. Parisienne depuis l’enfance, j’habite en banlieue depuis 3 ans maintenant (Saint Denis). Au départ, il s’agissait d’un choix par défaut (question de budget) et bien que je vive à 5 minutes d’une station de métro, je conserve toujours mes clichés de Parisienne un peu connasse (j’ai adoré Y a-t-il une vie après le périph 😉 !). Paris est tellement liée à mon enfance et mon adolescence, que je l’aime par nostalgie, comme une vieille copine dont je connais tous les secrets. Et plus les mois passent, plus je dois avouer que j’adore notre résidence, j’adore notre grand appartement, et surtout, j’adore notre grand jardin. Et quand parfois je songe à déménager, je me projette dans l’autres banlieues (toujours limitrophes car le RER, c’est un cap encore trop difficile à franchir dans mon esprit parigot). Je l’aime mon coin du 9-3, parole de Parisienne !

  5. J’avoue que je ne suis pas fan de Paris, en général, puisque je suis une fille de la campagne, mais ton article me donnerai presque envie de vivre en banlieue 😉

  6. J’ai toujours habité en banlieue depuis ma naissance :). Banlieues plus ou moins riches.
    Depuis plus de 25 ans je suis dans une banlieue défavorisée comme on dit, et je travaille dans cette ville de banlieue. Et c’est tout à fait vrai : j’ai tout à portée de main (boulangerie, ciné, sport.. ), j’ai la chance d’etre aussi tout près d’une forêt, d’étendues de campagnes à quelques minutes en voiture.
    Le seul truc que je regrette c’est qu’en fait je suis tellement bien dans ma banlieue que j’en arrive à avoir la flemme d’aller sur Paris. 🙂

  7. naniskitchen1 dit :

    ma soeur vit en banlieue parisienne dans un charmant petit village et franchement elle y est bien mieux qu’à Paris même !

  8. nessa dit :

    coucou je decouvre ton blog via hellocoton 🙂 et pour moi il s’agit d’un faut débat Paris ou banlieu quant aux cassos et vols à la tir, à paris il y a des coins mal fréquentés et en banlieu il ya des coins très chics comme très pauvres . Quant aux boulangeries ,je suis en banlieue chic (avec le loyer qui va avec mais peut etre pas celui de paris ) ça ne me gène pas de ne pas avoir de boulangeries, les croissants et le pain ça fait gonfler lol ou alors tu fais toi même enfin pour ma part je congèle mais j’aimerais me mettre à la MAP 🙂

  9. ellye dit :

    Tout à fait d’accord! Bon après c’est vrai que dans ma ville la nuit, il n’y a pas grand chose à faire; mais bon après une raclette entre amis ou une soirée crêpes, ça le fait aussi! au moins, on devient imaginatifs!

  10. Claire dit :

    Intéressant à compléter avec l’article de vente flash immobilier « Travailler à Paris et vivre en Banlieue » à lire absolument !

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :